Vous êtes ici : Accueil > Le commentaire de document en histoire, c'est technique !

Le commentaire de document en histoire, c'est technique !

Objectif de l’exercice

Comprendre et révéler les enjeux soulevés par un ou des document(s).

  • Si cet exercice permet de vérifier l’étendue et la précision des connaissances acquises par le candidat, il est avant tout destiné à déceler son aptitude à utiliser ces connaissances et à les mettre en relation pour interpréter de façon correcte et judicieuse les documents qui lui sont proposés.

Il existe deux écueils

  • soit rédiger une dissertation plus ou moins générale à propos du texte;
  • soit, au contraire, borner l’exercice à l’examen particulier de quelques termes ou éléments de phrase détachés du contexte, se contenter de répéter le texte ou de le réécrire à sa façon sans en donner d’explications : cela s’appelle de la paraphrase. Ce danger est particulièrement grand si l’on se borne à une explication exclusivement littérale du document.

Travail préliminaire (au brouillon)

1. Lecture linéaire.

  • lire le(s) document(s) avec attention, tout en tenant compte de la présence ou non de coupures symbolisées par […]. Le document est-il partiellement tronqué ou s’agit d’un extrait intégral ?
  • numéroter le(s) document(s) toutes les cinq lignes.
  • relire le(s) document(s) en soulignant, avec des couleurs différentes, les noms propres, les mentions de lieux, les allusions à des événements ou à des personnages, la terminologie qu’il faudra expliquer, etc.
  • se soucier de la référence qui figure en fin de document (auteur, source, édition, pagination) tout en étant sensible à la nature de celui-ci (voir plus bas).
  • après ce repérage préalable, il faut procéder à une explication linéaire, phrase après phrase, sans oublier la structure interne du document.

Pour comprendre ce passage, quels éléments d'explication faut-il apporter ? Les éléments contenus dans cette phrase suffisent-ils à expliquer que … ?

2. Construire le plan

  • Il n’y a pas de plan idéal ni de règle stricte ; bâtir un plan en trois parties n’est pas une obligation. Chaque document crée sa propre forme de commentaire et d’explication. La souplesse en la matière est donc recommandée : un plan en deux parties est possible, à condition toutefois, que l’ensemble du travail demeure équilibré.
  • Le devoir doit obéir à une cohérence générale, le plan doit être logique et progressif.
  • Un soin attentif devra être porté aux transitions en fin de parties et de sous-parties.

3. Rédiger l’introduction (au brouillon).

  • Il n’est pas nécessaire de perdre trop de temps à rédiger sur le brouillon. Mais l’introduction étant une étape essentielle, il est souhaitable de réfléchir avec attention à cette entrée en matière.

Rédaction du commentaire

1. Introduction

Elle sert à présenter le(s) document(s). Elle dit ce qu’il est et la façon dont il va être expliqué à un lecteur qui ne connaît pas le(s) document(s) en question. Pour cela il faut veiller à préciser :

  • la nature (poésie, chartes, plan, iconographie, etc.) ; la date de réalisation (signaler notamment s’il y a un décalage chronologique entre les faits rapportés et la rédaction du document) ; l’auteur (brèves indications biographiques) ; éventuellement le ou le(s) destinataire(s).
  • l’analyse (ou le résumé) : l’idéal à viser paraît être de donner du document un résumé succinct et précis, qui en restitue fidèlement la substance, les idées générales, et tel que ce résumé puisse remplacer le document lui-même, au cas où celui-ci viendrait à disparaître. Cette analyse ne doit pas dépasser une dizaine de lignes.
  • le contexte historique : il est nécessaire d’évoquer les circonstances dans lequel s’insère l’événement ou la décision dont témoignent le(s) document(s). Il s’agit de ne parler que du contexte en rapport avec les questions suscitées par ce(s) dernier(s) ; il faut absolument se garder de faire la description générale de la période concernée lorsque certains de ses aspects n’ont aucun lien avec le(s) document(s) étudié(s).
  • la problématique : elle est formulée par une ou plusieurs questions qui mettent en évidence le ou les centres d’intérêt soulevé(s) par le(s) document(s).
  • l’annonce du plan : éviter les formulation de type ‘dans une première partie’, ‘dans un premier temps’ etc.

2. Commentaire

Son organisation doit répondre rigoureusement au plan annoncé, elle est centrée autour de quelques pôles d’intérêt (ou des principales articulations du document).

  • La base de l’explication repose sur des citations qui ne doivent pas être trop longues. Il est souhaitable de citer des segments de phrase vraiment significatifs ; si ce n’est pas le cas, il vaut mieux renvoyer directement aux lignes lorsqu’il s’agit d’expliquer des passages nettement moins informatifs.
  • Le principal objectif est d’élucider tout ce qui a rapport aux institutions, aux lieux, aux noms propres, aux dates ou aux événements.
  • Attention ! commenter ne veut pas dire : se saisir d’un mot, d’une expression pour développer tout ce qu’il peut évoquer de près ou de loin. Il est donc parfaitement inutile, à l’occasion d’un terme désignant une institution, un personnage, une bataille, de présenter l’historique de cette institution à travers tout le Moyen Age, de donner une biographie du personnage ou de raconter avec détail les péripéties du combat. Ce genre de digressions est à éviter.
  • Enfin, la critique du document doit être un souci permanent. Cela ne signifie pas qu’il faut critiquer pour critiquer mais qu’il est souhaitable d’être sensible aux intentions de l’auteur, lequel exprime souvent l’idéologie d’un groupe dominant. Il est donc nécessaire de prêter attention à son éventuelle reconstruction de l’événement, à ses points de vue, à son intention (il est inutile de déclarer sans cesse que cet auteur est particulièrement subjectif :!:).

3. Conclusion.

La fin du devoir ne doit pas être bâclée en quelques lignes avec des considérations vagues et floues.

  • Il s’agit au contraire de récapituler les grandes idées apportées par le(s) document(s) en le(s) replaçant dans une question plus large qui vise à répondre à la problématique initiale.
  • Enfin, elle peut finir sur une ouverture des questions abordées vers d’autres domaines proches ou vers des événements qui vont suivre immédiatement. Cela ne veut pas dire qu’il faut conclure sur l’annonce des Temps modernes ou la fin de l’Ancien Régime en 1789 ! Il s’agit plutôt d’un élargissement des perspectives.

Dernières recommandations.

  • Il est souhaitable d’avoir le souci de la nuance afin d’éviter des affirmations catégoriques ou des jugements de valeur reposant souvent sur des lieux communs qui n’ont pas leur place dans une copie.
  • Il n’est pas demandé de condamner ou de décerner des éloges, ni de faire des raccourcis historiques aboutissant à des comparaisons proches d’une situation très contemporaine.
  • Le temps utilisé pour rédiger le commentaire ne doit jamais être le futur.
  • Ce travail doit obéir également à des règles élémentaires de présentation : il faut éviter de faire des ratures ou de laisser des blancs après correction d’un mot. Une graphie lisible est particulièrement appréciée.
  • Le correcteur doit pouvoir se repérer dans la copie en visualisant aisément les différentes parties et paragraphes. Tout cela doit apparaître nettement sans être pour autant signalé par des titres apparents.
  • Enfin, le seuil de tolérance dans le domaine des fautes d’orthographe et de syntaxe est très vite franchi. Il est absolument nécessaire de relire sa copie et de la revoir soigneusement avant de la rendre au correcteur.
 
commentaire_de_document.txt · Dernière modification: 2009/06/01 19:49 (édition externe)
 
Sauf mention contraire, le contenu de ce wiki est placé sous la licence suivante:CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported
Recent changes RSS feed Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki