Actualités   Plan du site  S'identifier  Abonnez-vous au flux RSS Rejoignez le groupe Obediences.net Visionnez les plus récentes vidéos |
           
 | Optez pour un navigateur performant Firefox Google Chrome Opera
vous êtes ici : Accueil > Atlas du Grand Schisme d'Occident

Le Grand Schisme d'Occident
Europe - Gascogne

Cette animation fonctionne avec Firefox, Opera ou Chrome
Contribuez à son développement !

tick
Rébellion
tick
Soustraction
tick
Destitution
tick
Refondation




Le Grand Schisme d'Occident est une crise des relations internationales divisant la Chrétienté pendant près d'un demi-siècle autour de deux prétendants au trône pontifical : l'union de la Chrétienté, brisée avec fracas en 1378 n'est refondée qu'en 1417.

En août 1378, les cardinaux français se rebellent contre un pape élu en avril. Cette querelle de personnes trouve tant d'échos favorables auprès des gouvernements occidentaux qu'elle se transforme d'abord en conflit régional puis en crise internationale. Après quinze années de lutte, le schisme passe pour inextinguible.

A partir de 1398, quelques gouvernements récusent leur soutien inconditionnel à des pontifes qu'ils estiment, par leur entêtement, indignes de porter la tiare. La solution qu'ils préconisent exige d'oublier les luttes partisanes passées et de soustraire l'obédience aux papes concurrents pour les faire abdiquer. Faute de susciter un large engouement, cette initiative est vouée à l'échec.

Mais c'est sur cette base que la négociation s'engage en 1408 lorsque les deux collèges cardinalices rivaux, soutenus par les gouvernements de France et d'Angleterre, envisagent de retirer unanimement leur obéissance aux pontifes rivaux, tenus pour apostats, parjures et schismatiques. Ces papes sont destitués au terme d'un procès politique mené par le concile de Pise (1409).

Une décennie plus tard, la solution politique anglo-française s'est imposée comme le seul moyen de refonder l'unité de l'Eglise sur la pierre angulaire du pontificat. L'aggiornamento de la constitution de l'Eglise progresse au cours de la rencontre internationale du concile de Constance (1414-1417) sur fond de crise politique entre Angleterre et France : il fallait donc que l'union soit faite pour que les traditionnelles rivalités de la Guerre de Cent Ans atteignent un nouveau climax.

S'interroger aujourd'hui sur le Grand Schisme d'Occident, c'est tenter de mettre en regard les représentations sur la plus prestigieuse des monarchies médiévales avec un système d'acteurs de différents niveaux, pour observer la fabrique du consentement politique : une alchimie de tous les temps. Afficher le commentaire pas à pas


Contact   Copyright © 2006-2009    Mentions légales    Qui sommes-nous ?    Plan du site